Français | Deutsch
   
Voyage I Rio, New York, Paris, Berlin!

Corinne Chatel Quintette 
Crossover | Jazz | Chanson | Bossa nova | Musique du monde
Lauréat du prix de Jazz «Scène 2001»  de la radio culturelle BR2 et du journal SZ

Corinne Chatel voix, Stefan Sigg, bugle à pistons, Davide Roberts piano, Jürgen Richter contrebasse, Thomas Elwenspoek batterie

“Sous le ciel de Paris” ainsi s’intitule programme actuel, le troisième en série du Corinne Chatel Quintette. C’est à Paris, au plus grand creuset des cultures, que se rencontrent hommes et femmes du monde entier. Ils offrent à Paris sa pulsation polyrythmique et ses couleurs polyharmonique irrésistibles.
Le quintette existe depuis 1996 en formation inchangée. Il joue, depuis sa création, une musique singulière, crossover, issue du Jazz, de la chanson française, de la bossa nova et de peinture sonore, au plus haut niveau musical. Les arrangements pleins de finesses font swinguer un univers sonore de recoupements, renvois, assemblages et forgent un style musical original. Le groupe, très expérimenté, explore de nouvelles frontières, chaque musicien risque le tout pour le tout : dans les improvisations, dans les parties solo et les parties d’ensemble, les uns et les autres s’inspirent et se stimulent mutuellement. Le moyen de communication essentiel du groupe : L'improvisation et la peinture au sons colorés; ainsi les barrières culturelles et linguistiques peuvent-elles s’effondrer pour entraîner dans le même mouvement, auditeurs et acteurs. Avec le public s’engage un envol.   

Corinne Chatel, dont le vaste répertoire embrasse le Jazz, le chant lyrique, la chanson française, le songs de théâtre, chante parfaitement en quatre langues et dans l’entier respect de chaque genre.
Etincelante de vie elle  fait de chaque concert un événement. Les improvisations en scat et en peinture sonore sont sa passion. Son tempérament, sa liberté artistique agissent sur la composition musicale. Elle raconte, grâce à sa tessiture qui recouvre trois octaves, et son expression corporelle, des histoires compréhensibles par tous les auditeurs, quelles que soient leurs origines culturelles.
Et, quand Stefan Sigg souffle dans son bugle et que Corinne Chatel peint avec ses sons chacun se demande qui de l’un ou de l’autre chante.
« Pour moi la musique est un moyen de contact, de communication, de perception, visant à une meilleure  compréhension et tolérance dans notre monde fragile.«  CC
Un programme hors frontières de première qualité.

Revue de presse

"Quand Corinne Chatel chante sa "Vie en rose", qu’elle se met à faire des pirouettes avec les chansons de Piaf pour ensuite retourner à la mélancolie: Un jardin étrange se présente là, avec « Isabelle » qui chante, ou bien avec « Les feuilles mortes », les canards s’ébattent, les oiseaux frétillent, le vent s’engouffre dans les branches.... quant au bugle : il se fait violon."
(SZ).

"La voix de CC demeure fantastique, grave et douloureuse, forte, expressive: qu’elle chante des mélodies sans paroles ou des airs lyriques français, c’est un plaisir de l’entendre. Elle deviendra sans doute une des plus grandes chanteuses de Jazz et de la chanson française."
(Jazzdimensions).

"Son rayonnement vocal est aussi riche qu’un arc-en-ciel! CC sait où elle va, avec précision et une grande confiance en elle. Elle donne à sa voix des possibilités d’expression multiple."
(music manuel).  

"Qui a un jour entendu cette voix et ce tempérament en devient dépendant!"
(Kunstforum Arabella, Munich)

"Le CC Quintette élabore un vrai kaléidoscope : en un soir, Piaf, Antonio Carlos Jobim et Bobby McFerrin apparaissent comme par magie sur scène.
Des roses rouges vont sans aucun doute fleurir dans la vie de CC."
(Bayrischer Rundfunk lors de la remise du prix de Jazz) "

"Les Jazz sont ‘essence d’une grande soirée. CC s’y détache des modèles prescrits : à l’occasion d’une chanson, elle se donne, avec sa voix, totalement. Elle se met  dans l’atmosphère du thème ou du chant ; elle innove; là, elle est plus qu’une parfaite chanteuse- elle est une grande artiste."
(Badische Zeitung)

"CC. possède le jazz libre, le bebop et la bossa nova ; elle persuade par la perfection du choix de timbre de sa voix et le changement intempestif du tempo. Avec son interprétation très personnelle des chansons françaises de Piaf, Aznavour et Brel elle offre un tout nouvel événement musical.

A cette occasion l’artiste, parfaite, dans ses changements de rythme et de thèmes réussit à présenter le Jazz de manière à vous en couper le souffle ; elle invite ainsi le public à applaudir très spontanément. En même temps elle arrive à conserver intacte l’identité des chansons, ainsi en est-il des passages de jazz où sans césure elle passe d’une intonation à l’autre . Le public attentif s’est montré impressionné par la spontanéité musicale que CC a démontré dans ses expériences de Jazz. Grâce à ses capacités vocales et de multiples variantes de genres, CC propose aussi des interprétations parfaites en langues française, anglaise et portugaise."
(Acherner Bote)

"Ca gargouille murmure et chuinte : CC, sans aucun doute un phénomène  de la nature ! Elle chante en anglais en francais et en portugais parfois les memes chants et a chaque fois le chant des paroles ne semble lui suffisent. Elle scatte, se livre à une lutte avec le trompettiste, stefan sieg, lui offre des paroles, et termine finalement en duo avec lui. Au song de m davis little willy…, elle propose une comptine en francais, maman les petits bateaux, et accélère le tout  brutalement. Elle roucoule elle grogne et termine avec un gros baiser. La bossa nova wave devient une vrai fête tout ce que l’eau est capable d’offir, CC le métamorphose de sa voix. Par de multiples effets elle réussit à imiter les mouvements et les bruits de la vague, ses mains jouent sur un violon imaginaire en utilisant ses cordes vocales comme un violon."
(Badische Zeitung)

"Avant tout il était surprenant d’entendre comment CC avec sa voix de mezzo  était capable d’articuler les bruits les plus variés jusqu’à imiter un violon.
Elle recolta des aplaudissments enthousiaste lorsque sous l’accompagenemnt du prestigieux bassiste Jürgen Richter en se glissant par la voix dans les roles de sa mere et de sa petite fille dans le chant de l’elephant. Les chansons telle "Isabelle" ou "Ne me quitte pas" de Brel mais également ses chants a capella provoquèrent la chair de poule."
(Leonberger Kreiszeitung)

"CC quelle qualité vocale !...  ll faut également souligner son duo complice avec le bugliste Stefan Sigg!"
(DNA Alsace)

"Une voix pleine de passion brulante et un arrangement qui vous enthousiame parce que l’on sent qu’elle chante avec des sentiments passionné. CC allie le jazz moderne avec la chanson française qui lui collent à la peau ; elle joue également avec des éléments celtiques et orientaux, elle chante en français en brésilien en anglais et ouvre à son auditoire la possibilité d’entrer dans son intimité. Elle ouvre avec Little Willie leaps" de Miles Davis dans sa version française. Elle chante également Ne me quitte pas en se substituant au violon avec sa voix et crée ainsi un langage fantaisiste à la CC. "Elle a touché mon âme" dit une auditrice de 41 ans...L’accord final fut donné avec : Ma vie en rose."
(Böblinger Zeitung)

"CC a montré l'étude de tous ses dons. sa prestation a été époustouflante. Elle joue de sa voix comme un instrument et semble en faire ce qu'elle veut, passant du plus aigue au plus grave. Elle improvise des paysages qu'elle accompagne de gracieux mouvements du bras et de la main, comme si elle peignait ce qu'elle chante. Le public conquis n'a pas manqué de le faire savoir avec des applaudissements chaleureux, gratifiés de plusieurs reprises. Une soirée mémorable!"
(DNA)

  mention légale accueil